Une forte pollution de la Rade de Brest

) par Manon

Bien commun, la rade de Brest a fait l’objet de 20 ans de politiques publiques pour la reconquête de la qualité de l’eau et des milieux. Il en est de la responsabilité des SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) de garantir le bon état de ces eaux.

Large baie protégée d’une superficie de 180 km², la rade de Brest constitue le réceptacle des eaux parcourant 2 800 km² de bassins versant dont celui de l’Elorn qui accueille, à lui seul, plus de 300 000 habitants.
L’enjeux est évidemment de fédérer les nombreux acteurs ayant des activités sur ce bassin versant afin de préserver la rade. Or, ces territoires présentent actuellement de nombreuses sources de contamination (bactériologique, chimique, nitrate, phosphore etc) absorbées par le milieu qui s’en trouve largement déséquilibré.

Les enjeux sont multiples :

  • Lutte contre l’érosion des sols (facteur de développement des algues et microalgues)
  • Diminution des flux de nutriments
  • Résorption des contaminations bactériologiques sur le littoral (protection de la baignade, de la pêche et de la conchyliculture)
  • Diminution de l’usage des produits phytosanitaires domestiques et agricoles
  • Questions des contaminations chimiques et impact dans le biote

Le rapport de la préfecture du Finistère datant de juillet 2018 fait état de ces pollutions particulièrement préoccupantes. Il est nécessaire que les collectivités du bassin versant soient sensibilisées car la solidarité territoriale est la clé de toute action tenant au bon état de nos eaux pour tendre vers une approche partagée et systémique de l’entité "Rade".

Vous trouverez le rapport du préfet du Finistère ici :

Voir en ligne : http://www.brest-ouvert.net/article...